Georges lève 10 millions pour s’imposer à l’échelle européenne

La start-up vient de lever 10 millions d’euros pour déployer son robot comptable et va recruter 30 personnes. Elle veut s’armer en prévision de l’attaque du marché européen par ses concurrents américains.

L’intelligence artificielle en passe de révolutionner le monde de la comptabilité ? Pour le fonds d’investissement Alven, qui vient d’entrer au capital de la start-up Georges, cela ne fait guère de doute. Leader de cette « série A » de 10 millions d’euros aux côtés de l’investisseur historique Kerala Ventures (Doctolib), le fonds a été convaincu par les premiers pas du « robot comptable ». Créée à Lyon en 2016 par Côme FouquesAdrien PlatPablo Larvor et Romain Koenig, cette plate-forme permettant d’automatiser la comptabilité des professions libérales a conquis « plusieurs dizaines de milliers d’utilisateurs ». Pour accéder au service qui récupère et analyse automatiquement les transactions bancaires grâce au « machine learning », ces indépendants doivent souscrire à un abonnement mensuel de 20 euros hors taxes.

En 2018,  une première levée de fonds de 1 million d’euros avec Kerala Ventures et Fast Forward avait été bouclée pour lancer la plate-forme. Maintenant que le modèle a fait ses preuves, la start-up veut accélérer le rythme. « Nous avons besoin de faire grossir rapidement notre équipe pour rester dans la course », explique Côme Fouques, qui rappelle qu’aux Etats-Unis des plates-formes équivalentes (Pilot, ScaleFactor, Botkeeper) ont ces derniers mois levé chacune plusieurs dizaines de millions de dollars. Tôt ou tard, ces entreprises devraient partir à la conquête du marché européen de la comptabilité, un pactole estimé à environ 50 milliards d’euros.

Pour occuper rapidement le terrain, comme l’Allemagne ou le Royaume-Uni dès septembre prochain, la jeune pousse française va embaucher une trentaine de personnes, en plus des 30 collaborateurs actuellement sous contrat. Profils recherchés : développeurs, « data scientists » et commerciaux. Il faudra néanmoins adopter l’outil aux spécificités de chaque pays en matière de finance d’entreprise. Georges a sans doute du pain sur la planche mais se dit confiant dans ses capacités à épouser les règles comptables d’un territoire à l’autre.

Diversifier la clientèle

En France, l’objectif est de diversifier la clientèle. Jusqu’à présent, ce sont surtout les professions libérales (médecins, avocats, consultants…) qui utilisent le « robot comptable ». Mais Georges vise une sphère bien plus large : les entreprises de 0 à 5 salariés, avec sa multitude d’artisans, commerçants ou agriculteurs. Bref, tous ceux qui font appel à des cabinets d’experts-comptables ou qui se servent de logiciels de comptabilité. Selon la start-up, son service basé sur l’IA pourrait remplacer ces solutions traditionnelles de manière avantageuse. « Cinq fois moins chère » que l’expert-comptable, l’application fait aussi gagner beaucoup de temps par rapport aux logiciels classiques en étant « jusqu’à 20 fois plus rapide », assurent les entrepreneurs. Un discours bien rodé sur lequel Georges s’appuie pour doper le nombre d’abonnés.

La méthode Doctolib

La jeune pousse ne s’en cache pas : elle s’inspire  des méthodes commerciales de Doctolib dont les services de prise de rendez-vous et de téléconsultation s’adressent également à une clientèle d’indépendants. « Dans ce milieu professionnel, le premier canal d’acquisition, c’est le bouche-à-oreille, peut-être le plus important », estime Côme Fouques, qui mentionne également la publicité en ligne. Certes, Georges n’a pas encore d’équipes fournies de commerciaux pour aller démarcher directement les cabinets de libéraux. L’une des clefs du succès de Doctolib. Mais, depuis le début de cette année, la prospection téléphonique fait partie des moyens mis en oeuvre par la start-up lyonnaise. L’avenir dira si la stratégie est la bonne pour devenir « le leader européen de la comptabilité des indépendants ».

Source : https://business.lesechos.fr/entrepreneurs/financer-sa-creation/0601339998882-georges-leve-10-millions-pour-s-imposer-a-l-echelle-europeenne-329663.php