Enquête Besoins en Main-d’Œuvre 2022

Chaque année, Pôle emploi adresse un questionnaire aux établissements afin de connaître leurs besoins en recrutement par secteur d’activité et par bassin d’emploi. Sur les 2,4 millions établissements entrant dans le champ de l’enquête, plus de 420 000 réponses ont été collectées et exploitées pour la France entière.

Cette enquête est un élément essentiel de connaissance du marché du travail. Elle permet entre autres :

  • d’anticiper les difficultés de recrutement ;
  • d’améliorer l’orientation des demandeurs d’emploi vers des formations ou des métiers en adéquation avec les besoins du marché du travail ;
  • d’informer les demandeurs d’emploi sur l’évolution de leur marché du travail et les métiers porteurs.

Projets de recrutement 2022 en Auvergne Rhône-Alpes – secteur Information et communication

  • Nombre de projets : 9 640
  • Part de difficiles : 63,0 %
Source : Pôle Emploi

Métiers les plus recherchés

Les métiers les plus recherchés sont ceux d’ingénieurs / cadres d’étude, R&D en informatique, chefs de projets informatiques (4 550 projets en Auvergne Rhône-Alpes – part de difficiles : 70,5%) et Techniciens d’étude et de développement en informatique (1 730 projets – part de difficiles : 76,30%).

Deux difficultés majeures au niveau national : Pénurie de candidats et profils inadéquats

Malgré ce « volume inédit de recrutements », les entreprises ont de plus en plus de mal à dénicher les bons profils et les bonnes compétences.

Source : Pôle Emploi – BMO 2022

Selon Pôle emploi, la pénurie de candidats reste la principale difficulté de recrutement pour 86 % des recruteurs potentiels, devant « l’inadéquation des profils » (manque d’expérience, de diplôme, de motivation, de compétences, de mobilité, absence de permis), citée par 71 % des employeurs. Viennent ensuite les « conditions de travail » du poste (horaires de travail, conditions générales d’exercice du métier : pénibilité, salaire ; 33 %) et le « déficit d’image » de l’entreprise / secteur / métier (23 %).

Les difficultés de recrutement anticipées par les entreprises concernent 57,9 % des projets d’embauche en 2022 (contre 44,9 % en 2021). Et selon l’étude, « la hausse de la part des projets de recrutements jugés difficiles entre 2021 et 2022 concerne autant les petites structures (de 45 % à 57 % pour les établissements de moins de 10 salariés) que les établissements de plus de 200 salariés. »