Mieux respecter l’eau, un défi pour le numérique et les centres de données

La consommation énergétique du numérique et les émissions de GES (Gaz à Effet de Serre) associées sont régulièrement pointées du doigt. Il ne s’agit cependant que d’un des aspects de l’empreinte environnementale. Le secteur du numérique consomme aussi de l’eau, à des niveaux variables selon les segments concernés (équipements, centres de données, infrastructures, réseaux, applications et services délivrés) et les étapes de leur cycle de vie (fabrication, usage, fin de vie). Élément essentiel de la vie sur terre, l’eau ne peut plus être omise des stratégies de réduction d’impact, d’autant plus en regard des enjeux croissants de stress hydrique auxquels la planète fait face, conséquence systémique du réchauffement climatique et des activités humaines. Selon l’OCDE, la demande mondiale en eau devrait augmenter de +55% entre 2000 et 2050 dans tous les secteurs [1]. Le secteur du numérique contribue à cette demande et doit activer dès aujourd’hui tous les leviers permettant d’en réduire sa consommation. Retour en synthèse avec l’analyse d’AdVaes.

Source : Mieux respecter l’eau, un défi pour le numérique et les centres de données – AdVaes, stratégie pour des usages numériques responsables