« La sobriété énergétique concerne aussi le numérique », explique une chercheuse rennaise du CNRS